Portrait

Saint-Malo
Septembre 2012

Itinéraire d’une artiste inspirée

Séverine Loisel en train de travailler dans son atelier a St Malo

Séverine Loisel est née en Bretagne, elle y passera ses vingt premières années.

Après un bac d’Arts Plastiques, elle prépare Penninghen puis s’oriente vers les arts graphiques et notamment l’ESAM, où elle obtiendra un diplôme de graphiste publicitaire.

Curieuse et soucieuse d’acquérir de nouvelles techniques de travail, elle se dirige vers la peinture décorative et suit un cycle de formation à l’Institut Van Der Kelen de Bruxelles.

Elle s’installe à Paris et multiplie les chantiers aux quatre coins de l’Europe tout en développant les techniques de la peinture décorative : peinture murale, fresque, trompe l’œil, faux bois et faux marbre. En parallèle, elle perfectionne son talent de coloriste.

2001, Séverine embarque mari et enfants pour s’installer sur les terres se son enfance et se consacrer dorénavant, pleinement, à la création picturale.

Elle puise son inspiration dans un bestaire décalé, en aprivoisant le territoitre de la toile ; elle glisse ensuite vers le monde aquatique et plus précisément celui des poissons. Ces toiles vont progressivement perdre en rigueur graphique et gagner en poésie avec parfois une touche de fantaisie.  Avec son sens aigu de la composition et du rythme elle nous livre l’animal sous toutes ces formes et dans toutes sortes de situation : nageant en banc, dans une assiette avec citrons et baguettes, séchant sur les cordes à la mode indienne…

Dorénavant l’artiste délaisse les couleurs franches pour nous faire pénétrer dans un monde de nuances irréelles. Les fonds marins s’animent au gré des accords de bleus, de verts, de rouges, de noir, de gris et de parme.

Chaque composition est rythmée par la subtilité des matières : carré de feuille d‘or, et papiers collés, rapportés de ses différents voyages en Asie et ponctués par de mystérieuses écritures.

Séverine poursuit inlassablement son exploration de l’univers marin et plus précisément celui des paysages.  En l’espace de quelques années son travail se libère, elle s’émancipe d’un certain académisme en s’affranchissant d’une certaine rigueur ;  le trait disparaît, les couleurs se mélangent.

Ses voyages répétés en Asie et les sensations éprouvées lors de ces promenades interminables le long des côtes escarpées de Bretagne, nourrissent pleinement son inspiration et laissent place à l’expression de nouvelles émotions.

Son art/travail évolue vers un certain dépouillement. Elle interprète une suite de variations sur le thème de paysages qui se découpent dans un mouvement entre ciel, terre et mer dans un camaïeu de gris-vert et gris-bleu.

Son regard capture le contraste des lumières à la recherche de l’harmonie des couleurs.

Séverine puise au plus profond de la sensibilité de son monde intérieur pour nous offrir toute l’intensité d’une peinture aux harmonies profondes et prenantes.